03/03/2017

TRI-Stories nº3 : au tour de Ludovic Amelot

TRI-stories interview de Ludovic Amelot Triathlon de l'Alpe d'Huez

Ludovic Amelot représente à merveille l'esprit du Triathlon de l'Alpe d'Huez. Ce troisième épisode de nos Tri-stories s'intéresse à ce Normand d'origine qui a découvert le triathlon sur le tard, avant de devenir un grand fidèle de notre épreuve.

Qui est Ludovic Amelot ?

J'ai 45 ans. Je travaille chez EDF depuis 18 ans, actuellement au département Trésorerie nationale et internationale situé à Clamart. Je suis né à Rouen, j'ai 2 enfants, Zoé et Robin, de 7 et 10 ans. Ce dernier a d'ailleurs déjà participé au Triathlon Kids de l'Alpe d’Huez avec comme résultat un podium. Cette année, nous irons passer la semaine du triathlon en famille dans la station.

Quelle est ton histoire sportive ?

J'ai toujours fait un peu de sport dans ma jeunesse, en essayant un peu de tout. Mais c'est à 25 ans que j'ai commencé la natation. J'étais au Havre à l'époque, et j'ai disputé quelques compétitions en catégorie Master. En arrivant à Paris en 2004 je me suis approché du club de natation de Bagneux, avant de me laisser séduire par la section Triathlon. J'ai débuté en 2006. La diversité des entrainements et l'enchainement des trois disciplines m'ont rapidement séduit. En 2010, pour me rapprocher un peu de chez moi, j'ai basculé au club d'Issy Les Moulineaux, qui est souvent le club le plus représenté à l'Alpe d'Huez.

ludovic-amelot-triathlon-alpe-huez

Quelle est donc ta relation à l'Alpe d'Huez ?

J'ai participé 5 fois à la course Longue Distance. J'ai même fait le Courte Distance en relais. EDF étant partenaire, je suis rentré en contact avec l'organisation pour voir ce que nous pouvions faire. À l'époque, en marge des Jeux Olympiques de Londres, EDF nommait des ambassadeurs dans chacun de ses services. J'avais été choisi dans mon département, et le Triathlon de l'Alpe d'Huez était l'occasion parfaite pour la promotion du sport en interne. En général, nous réussissons à réunir une cinquantaine d'employés EDF (dont ses filiales à l'étranger) au départ de la course.  De fil en aiguille, j'ai sympathisé avec l'organisation.

Pourquoi le Triathlon de l'Alpe d'Huez est-il une course à part ?

Sa natation se déroule dans une eau limpide et très froide. L'atmosphère est très particulière. J'adore le fait de descendre à vélo pour accéder au départ de la course. Bien entendu, le parcours cycliste est très beau. Après 5 heures de course, s'attaquer à l'Alpe d'Huez, c'est tout simplement magique. Au fur et à mesure de l'ascension, l'ambiance devient plus intense. Quant au parcours à pied, je l'aime beaucoup, avec ses quelques passages en pleine nature. Au delà de la course, c'est un événement à partager avec les amis et la famille, pour en profiter durant plusieurs jours. Mes potes ont d'ailleurs pour habitude de beaucoup rouler durant la semaine, à la découverte des cols mythiques de la région. Et tous les soirs, tous les potes de la Team Fumier (un petit clin d'oeil, ils se reconnaîtront...) se retrouvent pour l'apéro !

Ludovic Amelot Alpe Huez 2

Quel est ton souvenir le plus fort sur la course ?

J'adore la décharge d'adrénaline dans la descente du Col d'Ornon. Je me rappelle d'ailleurs de l'édition 2011, dans des conditions dantesques. Je claquais des dents en bas du col. Cela fait parti du jeu ! Sinon, en 2014 j'ai réalisé ma meilleure performance en faisant un TOP 100 avec un temps de 7h30 environ. Une autre année, j'ai enchainé la Longue Distance avec un relais sur le Courte Distance. Je faisais le vélo. Dans les premières rampes des 21 virages, j'ai cru que je n'y arriverais jamais.

L'implication d'EDF dans la course est-elle un extra de motivation pour toi ?

Oui, forcément. J'ai un peu l'impression de courir à la maison ! C'est vraiment sympa qu'EDF nous permette de vivre cela. Et je suis assez fier que la compagnie soutienne une épreuve "nature". Via la course, j'en ai même profité pour visiter le Musée EDF Hydrélec situé à deux pas du site de départ.

As-tu un conseil particulier pour les participants du triathlon Longue Distance ?

Il faut bien gérer la partie cycliste, monter l'Alpe du Grand Serre tranquillement, et ne pas s'emballer dans les faux plats. Surtout, il faut en profiter au maximum. Mais pour prendre du plaisir sur cette course, un bon volume d'entrainement à vélo est fondamental.

Si tu devais résumer le Triathlon de l'Alpe d'Huez en 1 mot ?

Ce serait "Magique". Pour l'ambiance, la fête.



Partager